Suivez nos Vidéos sur Youtube TunisAïkido Channel

Loading...

Le travail en suwari waza en question

Le terme suwari waza est un terme japonais (座技) désignant les techniques martiales pratiquées à genou. La notion est différente du "ne waza" qui sont également des techniques au sol, mais n'impliquant pas de déplacement (maîtrise de l'adversaire par immobilisation, strangulation ou luxation). En aïkido, c'est la pratique où les deux partenaires, uke (celui qui reçoit) et tori (celui qui fait la technique) sont au sol tous les deux et pratiquent toujours au sol, par opposition au taichi waza et au hanmi handachi waza.

Historiquement, les japonais vivent au sol, s'asseyant par terre. Assis signifie en fait à genoux, dans la position dite seiza lorsque le dessus du pied est au sol ou kiza lorsque l'on s'appuie sur les orteils. Le Japon médiéval était d’une grande violence. Afin de mettre un frein à cette violence et de permettre la vie en société, malgré cette nature violente du peuple japonais, le mode de vie à genoux s’est imposé. En effet, un homme est moins dangereux à genoux que debout. A la cour du Shogun, quand un homme se levait, il fallait qu’il dise pourquoi il le faisait. La guerre ne se fait pas à genoux, l’homme combat debout. Cependant, vivre à genoux au quotidien développe incontestablement certaines qualités. L’individu découvre très vite que pour se déplacer efficacement dans cette position il est indispensable qu’il respecte le principe de l’unité corporelle: il apprend à se mouvoir autour de l’axe vertébral par rotation de toute la masse du corps ainsi unifié.


De ce point de vue, il est incontestablement plus facile à l’homme de tricher quand il est debout, il peut alors aisément compenser une mauvaise unité corporelle par des mouvements indépendants des jambes. Voilà pourquoi, tout naturellement, O Sensei a jugé indispensable de construire la pratique de l’Aikido sur une préparation en suwari waza. L’étude des mouvements d’Aikido à genoux permet de prendre conscience plus rapidement des principes qu’il faudra ensuite appliquer debout. C’est une méthode d’étude utile à l’apprentissage. Mais il n’existe pas une corrélation exacte entre la position suwari waza et la position hanmi. Même si l’on peut travailler à genoux en étant légèrement de profil, on ne peut y parvenir dans les mêmes conditions qu’en tachi waza lorsqu’on est en hanmi.

De nos jours, en aïkido, la pratique à genou permet de travailler le renforcement des jambes (souplesse, musculature), ainsi que la posture (shisei). En effet, comme on ne peut plus se servir de ses jambes pour « passer en force », cette posture impose d'avoir un mouvement juste. Il convient cependant d'être prudent dans le travail à genoux, car il sollicite beaucoup les ligaments. Il faut donc faire attention à poser doucement ses genoux, et garder le poids du corps sur les talons. Le port d'un hakama en matière synthétique ou en soie facilite énormément ce travail, grâce à une moindre friction sur les tatami à couverture plastique et en offrant aux genoux une protection supplémentaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire